Alors ce verre ?! A moitié plein ou à moitié vide ?

Par le 19 Déc 2011 dans L'Humeur du Patron | 28 commentaires

Partager sur GooglePartager sur FacebookPartager sur Twitter

Décembre… Bon sang ! C’est bientôt Noël (Oh Oh Oh :p) ! Encore deux semaines et nous serons déjà à la fin de l’année… L’heure du bilan et des (bonnes?) résolutions pour 2012 ! Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai vraiment l’impression que le temps passe à une vitesse folle !

L’année touche donc à sa fin et c’est une bonne occasion de profiter de siens et de prendre un peu de repos bien mérité. 😉

Les fins d’années sont aussi souvent l’occasion de se poser un instant et de prendre le temps de se retourner pour regarder le chemin parcouru. On se remémore les réussites de l’année écoulée et on s’imagine les challenges qui nous attendent pour l’année à venir !

Parfois, lorsqu’on regarde le chemin que nous avons parcouru : on peut être déçu… On peut avoir l’impression que le sort s’acharne… On peut penser que le monde nous en veut… On peut penser qu’il s’est mobilisé, le bougre, pour nous mettre des bâtons dans les roues et nous empêcher d’avancer.

 

Si il y a bien une chose que j’ai appris dans la vie, c’est qu’il est littéralement impossible de savoir ce que nous réserve l’avenir. Par contre, la manière dont on regarde les évènements passés peut nous “conditionner” et nous aider à avancer… ou pas.

 

C’est un peu ce que l’on appelle la vision du verre “à moitié plein”, ou “à moitié vide”.

Une fois n’est pas coutume, mais aujourd’hui, j’aimerais vous raconter une histoire.

C’est une histoire que je tiens d’un personnage assez extraordinaire que j’ai croisé dans ma vie professionnelle. C’est une histoire simple mais pleine de bon sens.

Cette histoire est une sorte de parabole sur la manière dont on peut (dont on doit ?) regarder les évènements.

Car au fond… Le verre, même “à moitié vide”, reste quand même “à moitié plein” !

C’est l’histoire d’un vieil homme et de son fils…

Dans une époque reculée, un vieil homme, fermier de son état, et son fils, vivaient seuls.

Ils étaient pauvres, et leur seul possession de valeur était une seule et unique jument qui avait déjà vu passer quelques hivers.

Un matin, le vieillard sort pour nourrir sa jument et s’aperçoit avec horreur que celle-ci s’est enfuie pendant la nuit.

D’autres fermiers passent devant chez lui et le plaignent.

“Toi, tu es pauvre. Tu n’as vraiment pas de chance ! Tu as perdu la seule possession de valeur dont tu disposais !”

Le vieil homme fronce les sourcils, et sa journée est clairement plus que fichue. Il vaque à ses occupations avec son fils et part travailler dans les champs.

Le soir, alors qu’il revient éreinté d’une longue journée de labeur, qu’elle n’est pas sa surprise de voir que sa jument est revenue et s’ébroue sagement dans son enclos accompagnée d’un fier étalon sauvage à qui elle a définitivement tapé dans l’oeil !

D’autres fermiers passent devant chez lui et le congratulent.

“Toi, tu es pauvre, mais pas pour longtemps à ce rythme ! Tu as vraiment de la chance ! Cet étalon est magnifique.”

Le vieil homme est comblé et son fils est émerveillé devant la magnificence de cet étalon.

Le lendemain matin, le fermier se réveille en sursaut au son des cris de douleur de son fils ! Celui-ci s’était levé pour admirer l’étalon et tenter de commencer son dressage. Le cheval, fougueux, l’avait renversé violemment en lui cassant la jambe.

D’autres fermiers pères et fils qui passaient par là, observent le vieillard qui porte secours à son fils et le plaignent.

“Toi, tu es pauvre… Et ta situation ne risque pas de s’améliorer. Tu vas devoir travailler tout seul dans les champs maintenant. Il va falloir du temps avant que ton fils soit guéri. Tu n’as vraiment pas de chance…”

Abattu… Le vieillard part travailler une fois son fils mis au lit. Il va devoir maintenant assumer seul le labeur de la ferme.

Le soir, alors qu’il revient exténué d’une journée de travail seul dans les champs, le vieil homme apprend que la guerre est déclarée. Tous les hommes et les jeunes gens en âge et en condition de porter les armes sont mobilisés.

Il est trop vieux pour cela, mais son fils, sans l’accident aurait sans doute été enrôlé ! Il n’en est rien, car ne pouvant plus marcher, il est naturellement écarté.

D’autres fermiers, pères dont les fils sont partis au combat, passent devant chez lui et l’observent avec envie…

“Toi, tu es pauvre… Mais tu as chez toi la plus grande richesse du monde ! Ton fils. Nous, nous ne reverrons sans doute jamais nos enfants qui sont partis à la guerre… Tu as vraiment de la chance !”

A moitié plein ou à moitié vide ?

 

La morale de cette histoire est simple… Les évènements ne sont jamais ni vraiment “bons” ni vraiment “mauvais”. Tout est question d’interpretation et de la vision d’ensemble que l’on peut avoir sur eux.

 

Les circonstances les plus heureuses et inattendues peuvent germer d’évènements peu agréables à vivre !

A contrario, un évènement heureux peut amener son lot de problèmes et de conséquences désastreuses…

Au final, on ne peut se contenter de regarder chaque évènement comme “blanc” ou “noir”. Il faut prendre du recul et tenter d’avoir une vision d’ensemble.

Par exemple, j’ai connu des entrepreneurs qui ne se seraient jamais lancés si ils n’avaient pas été licenciés de leur emploi.

Cet évènement peu agréable, c’est certain, leur a permis de déployer leurs ailes et d’avancer bien plus loin que ce que n’importe qui aurait pu prédire pour eux.

Etait-ce un évènement positif ? Etait-ce un évènement négatif ? A vous de me le dire, mais le résultat est clairement là.

Dans son discours à l’Université de Stanford, Steve Jobs aborde ce point. Il affirme qu’à un moment ou à un autre, les évènements, positifs ou non, sont reliés entre eux comme des points sur une toile et prennent alors tout leur sens.

C’est souvent une question de temps et plus généralement une question d’interprétation.

Faites comme moi. La prochaine fois que le verre sera “à moitié vide”, n’oubliez pas que c’est peut être grâce à cela que les évènements vont enfin se mettre à vous sourire d’une façon ou d’une autre. Et… dans le doute, continuez d’oeuvrer pour que vos projets se réalisent.

 

Toutes les graines, si on s’en occupe correctement, germent tôt ou tard !

 

Allez… Dites moi… Pour vous, cette année 2011 ! A moitié plein ou à moitié vide ?! Pour me répondre, n’hésitez pas à utiliser l’espace de commentaires ci-dessous !

28 commentaires

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Salut Aurélien ! Comme je te comprends !!! En tous cas, encore une fois bravo pour ta réussite ! 🙂

  1. Gaelle

    20 décembre 2011

    Répondre

    Plein pour moi aussi..Dans ton histoire le vieil home est « abattu » à chaque évènement. Normal. Ce qui est important c’est de continuer à avancer sachant que pour la prochaine étape le verre sera au moins « à moitié plein »…

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Encore un verre plein ! Bravo ! Même si parfois, les mauvaises nouvelles s’accumulent, c’est surtout une question d’état d’esprit plus qu’une question « d’alternance » entre bon et mauvais. Ce qui est mauvais aujourd’hui, peut vous ouvrir des portes demain ! Excellentes fêtes de fin d’année Gaelle !

  2. Entreprise Numérique

    20 décembre 2011

    Répondre

    Voilà qui est bon pour le moral ! Et pas de doute, dans le contexte actuel, ce n’est pas négligeable. Cela rejoint le dicton : « il n’y a pas de mal qui ne mène à bien » ! A condition de regarder le bon côté du verre bien sûr…

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Oui, c’est clair ! Merci pour le commentaire et je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année ! 🙂

  3. ben

    20 décembre 2011

    Répondre

    C’est vrai qu’aborder les choses du coté positif finit par payer tôt ou tard. Tout comme certaines mauvaises nouvelles s’accumulent, il suffit parfois d’un petit rien pour inverser la tendance.

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Merci pour le commentaire Ben ! Et oui ! Cela me rappelle « The Magic of Thinking Big », un excellent bouquin sur le sujet d’ailleurs… En tous cas : je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

  4. J’aime bien tes petites histoires Harold. La dernière fois c’était un âne, cette fois ci un cheval. La prochaine fois un poney ?
    Si tu as d’autres histoires dans ce genre n’hésite pas, c’est bien sympa.

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      C’est un défi pour le Poney ? :p Je vais bien arriver à trouver quelque chose ! En tous cas au plaisir Julien ! Et je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

  5. Xavier@Market Samurai

    20 décembre 2011

    Répondre

    Salut Harold,

    Un bon article une fois de plus 🙂

    Pour moi le verre est bien plus rempli qu’en 2010 mais pas encore suffisamment … j’y travaille j’y travaille … mais je reste satisfait de mon année 🙂

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Merci beaucoup Xavier ! Très heureux que ton verre se remplisse comme tu le souhaites ! 🙂 Je te souhaite d’excellentes fêtes de d’année !

  6. Olivier

    20 décembre 2011

    Répondre

    Le verre est tjs plein: rempli d’eau et d’air à chaque fois …
    eh oui les réponses ne sont pas si évidentes que çà !
    Par contre il ne déborde jamais d’air mais parfois d’eau !

    • Harold Paris

      20 décembre 2011

      Répondre

      Merci Olivier ! J’ai quand même une question… Pourquoi forcément de l’eau ? :p Plus sérieusement, j’aime beaucoup ton idée du fait qu’un verre ne déborde jamais d’air. Il y a quelque chose à grater là… Je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

      • Olivier

        20 décembre 2011

        Répondre

        Pourquoi le verre est rempli d’eau ?
        car les boissons sucrées, c’est pas bon pour la santé ! LOL
        et que j’ai envie de boire seul et pas « avec Modération » ! 😉

  7. L’important c’est pas de savoir si le verre est à moitié plein ou à moitié vide, mais de savoir qu’est ce qu’il y a dedans et est-ce qu’on a une bouteille en rab

  8. Charles

    21 décembre 2011

    Répondre

    Cette histoire est vraiment bien, ça te dérange si je l’utilise dans un email ? 🙂

    Sinon comme dis sur WED et comme l’as dit Weetab, il est toujours plein : d’air et d’eau (parce que l’eau est la boisson la plus saine qui existe !).

    Personnellement, cette année est la meilleure de tous les temps pour moi, j’ai eu des « révolutions » dans ma vie qui valent tout l’or du monde, de vrais gros changements que je suis content d’avoir fait.

    • Harold Paris

      23 décembre 2011

      Répondre

      Salut Charles ! Pas de soucis pour l’utiliser dans un mail ! 🙂 Bravo pour tes « révolutions » en tous cas ! :p

  9. ilyapaklipad

    22 décembre 2011

    Répondre

    J’aime beaucoup cette histoire,elle reflète bien notre vie !
    Pour ma part, je souhaite que ce verre reste à moitié… plein tout le temps, et que chaque bonne chose soit égale à une goutte. Car franchement… je ne suis pas pressée que ce verre soit plein, j’aurais l’impression s’il l’était, qu’il ne pourrait plus rien m’arriver de bien ! Carpe diem, n’est-ce pas ?

  10. Olivier

    22 décembre 2011

    Répondre

    C’est l’une de mes maximes préférées, à moitié vide à moitié plein , tout dépend de la perception que l’on a du moment présent, de l’évènement, de ce qui se passe dans votre vie… bonnes fêtes à tous les visiteurs de ce site.

  11. Bonjour Harold,

    Article très sympathique.

    Cela me fait penser à un discours de Steve Jobs, ou il explique que parfois les évenements s’enchainent sans avoir de logique, mais c’est en bout de chemin que l’on s’appercoit que tout était relié.

    Amicalement,

    Nassim

    • Harold Paris

      23 décembre 2011

      Répondre

      Salut Nassim ! C’est exactement cela ! 🙂 D’ailleurs, cette vidéo de Steve est citée dans l’article… Il s’agit du discours à Stanford ! 🙂 Excellentes fêtes à toi !

  12. Sylvie GIGANT

    26 décembre 2011

    Répondre

    Bonsoir Harold,

    Je partage bien évidemment et me concernant, je pense que c’est une seconde nature : impossible de me couper les pattes ! Coriace la fille et vorace de la vie et de ses imprévus… Plus j’avance et plus je crois que nous avons des ressources « magiques » en nous et que nous écrivons nous-même notre histoire. Le verre, c’est nous qui le remplissons de notre actions, de notre connaissance, de nos efforts, de nos progrès, de nos bontés, de nos générosités. Et même de nos erreurs! Amitiés à chacun d’entre vous. Sylvie GIGANT

  13. Sonia French

    27 décembre 2011

    Répondre

    Très bon article !
    Effectivement, tout est question de perspective… Pour moi 2011 aura été une année pleine ! Les questionnements, les remises en question sont maintenant parmi mes moteurs d’évolution au quotidien, donc je « sais » que le verre est ce que je veux qu’il soit.
    C’est vraiment ce que montre cet article : tout dépend de notre vision, et que l’on pense que le verre est vide ou plein, nous aurons raison puisque c’est la réalité que nous nous créeons !
    Ceux qui veulent réussir pourraient méditer cette parole : Vous pouvez vous comportez en victime de la vie, ou alors vous pouvez devenir riche, mais assurément pas les deux !

    A votre succès !
    Sonia French

  14. Adrien

    30 décembre 2011

    Répondre

    Alors là tout dépend de mon humeur ! Comme pour tout le monde on me dira … Mais étant assez pessimiste de nature j’ai tendance à voir mon verre à moitié vide et même pire, en soirée j’ai tendance à le voir complètement vide ! :p

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TRIBELEADR - Agence webmarketing à Orléans