EP. #22 | Mobilité et développement durable au féminin – avec Virginie Lelarge, Fondatrice de l’IMEDD

Par le 18 Fév 2013 dans Podcast Entrepreneuriat | 5 commentaires

Partager sur GooglePartager sur FacebookPartager sur Twitter

mobilite developpement durable imedd virginie lelarge

Cette semaine, c’est au tour de Virginie Lelarge, Fondatrice de l’IMEDD (Institut Méditerranéen d’Etudes et du Développement Durable), du site On the Move (site d’information sur le développement durable) et des Ladies in Mobility, de venir présenter son parcours, ses challenges et apporter ses conseils sur HaroldParis.fr !

Chaque semaine, retrouvez de nouvelles interviews d’entrepreneurs sur HaroldParis.fr, sur la chaine Youtube et aussi sur le podcast iTunes.

Virginie est une auditrice des interviews d’Histoires d’Entrepreneurs que je réalise ici. Elle a pris contact avec moi avec beaucoup d’enthousiasme pour échanger et pour partager sa passion pour l’entrepreneuriat et le développement durable… et aussi pour me demander si je souhaitais devenir partenaire d’un évènement qu’elle organise très prochainement ! Je vais d’ailleurs revenir sur ce point dans la suite de l’article… ^^

Virginie est la fondatrice de l’IMEDD, un institut d’études et de conseils spécialisé sur les thématiques de la mobilité et du développement durable. Elle accompagne des entreprises qui souhaitent savoir où ils en sont et mettre en place une démarche de développement durable au sein de leur activité.

L’IMEDD a aussi travaillé sur un projet pour le bois, pour la Fondation Prince Albert II, une Fondation qui a pour objectif d’œuvrer pour la protection de l’environnement et la promotion du développement durable à l’échelle mondiale.

On a souvent tendance à considérer, à tort, qu’entreprise et développement durable sont antinomiques. Et pourtant… Une démarche de DD permet notamment d’optimiser ses ressources et ses frais et donc, de faire mieux pour (bien souvent) moins cher.

 

Conférence Ladies in Mobility

Le 29 mars prochain, à Monaco, se tiendra la conférence des Ladies in Mobility dans le cadre du salon EVER au Grimaldi Forum. HaroldParis.fr et TRIBELEADR sont partenaires de cet évènement !

Voici les sujets qui seront traités lors de cette conférence :

N’hésitez pas à consulter le programme complet de la conférence. Et contrairement à ce que le titre peut laisser penser… les hommes sont les bienvenus ! Si si ! ^^

Pour vous inscrire, c’est par ici !

 

L’interview

Interview aussi disponible sur Histoires d’Entrepreneurs sur iTunes ou en téléchargement direct.

 

Merci à Virginie pour cette très sympathique interview !

De mon coté, je vous dis à la semaine prochaine pour une nouvelle interview sur HaroldParis.fr !

>> Aidez-moi à diffuser cette interview, partagez cette page sur votre réseau social préféré ! Les boutons sont à gauche. Et… Donnez moi un « pouce vert » sur la vidéo sur Youtube ! Merci d’avance de vos coups de pouce ! 😉

 

La transcription

Retranscription réalisée par les bons et très sympathiques services de eTâches – Voir l’interview d’eTâches

Bonjour à toutes  et à tous et bienvenus sur HaroldParis.fr. Aujourd’hui  j’ai  le plaisir d’avoir avec moi Virginie Lelarge. Virginie est une auditrice de HaroldParis.fr sur laquelle elle suit les différentes interviews et elle a eu l’occasion de rentrer en contact avec moi par rapport à son rôle ou comme fondatrice de l’IMEDD. Au sein de l’IMEDD, elle accompagne des entreprises dans la mise en place de stratégies de développement durable. Elle souhaitait pouvoir venir échanger et partager avec vous, nous, le lancement notamment d’une conférence qui va avoir lieu très prochainement, le 29 mars à Monaco pour les Ladies In Mobility. Et bien écoutez ce que je vous propose c’est que l’on passe directement à cette interview. Je te donne la parole Virginie. Tout d’abord bonjour et bienvenue.

Merci et Bonjour !

Est-ce que tu peux nous présenter ton parcours dans un premier temps et ensuite on va passer à IMEDD et tout ça ?

D’accord !  Je vais repartir un petit peu à l’origine. J’ai fait un institut de gestion et de commerce où j’ai obtenu une maîtrise en l’an 2000. J’ai fait partie des premières promotions à avoir été formée aux principes de l’entreprise citoyenne. Suite à ma maitrise, j’ai intégré un institut qui à l’époque s’appelait LH2. J’étais en charge d’études nationales et internationales pour le secteur des services. J’ai eu une expérience de conseil pendant plusieurs années consultante en études en indépendance mais à la fois sur des études quantitatives et qualitatives pour des entreprises ou des organisations publiques. En 2007, j’ai intégré à Monaco la jeune chambre économique où j’ai eu la chance de pouvoir diriger pendant 3 ans  la Charte sur la Responsabilité Sociétale monégasque où j’ai accompagné plus d’une centaine d’entreprises à aller vers des démarches le développement durable, plus précisément de responsabilité sociétale.

D’accord !

Ça a commencé par une démarche de fédération et d’animation mais comme toujours quand on creuse dans des démarches de conduite du changement il y a des besoins qui émergent. Il y a eu des demandes d’accompagnement pour aller plus loin dans les stratégies d’études et de responsabilité sociétale. Voilà l’historique et ce qui m’a amené à créer en 2011 l’IMEDD avec la mission d’accompagnement des entreprises.

Alors c’est quoi l’IMEDD ? Et qu’est ce que vous faites aujourd’hui pour vos différents clients, partenaires ?

Alors ce qui se passe de mon expérience, une double expertise en étude et développement durable, qui va me permettre d’accompagner les entreprises au niveau global plus dans une démarche de fédération, d’explication, de pédagogie à la fois sur leurs relations avec leurs parties prenantes leurs clients, leurs fournisseurs  et leurs salariés pour les aider à aller dans des cercles vertueux à la fois de qualité en termes de conditions de travail et en termes aussi de responsabilités sociétales par rapport aux fournisseurs puisque que quand on est une grande entreprise on a aussi un rôle sociétal à jouer vis-à-vis de ses fournisseurs. Aussi de l’autre côté, il y a tout cet aspect de développement durable c’est-à-dire les entreprises aujourd’hui sont soumises à des pressions qui sont, je dirais, des pressions liées aux transports, liées à l’énergie, liées à l’eau. Aujourd’hui tout ça représente un cout véritablement dans les entreprises. Aujourd’hui c’est aussi un intérêt pour elles de se diriger vers ces solutions qui vont leur permettre, à la fois, de faire de la valeur économique et d’améliorer aussi les conditions de travail, de vie sociale et d’agir directement sur leur impact sur l’environnement et les qualités  sanitaires, par exemple la qualité de l’air etc.

En fait, il y a trois rôles si je comprends bien : un premier rôle d’information, un deuxième rôle d’étude, d’analyse et un troisième rôle de conseil et d’accompagnement sur la mise en œuvre des préconisations qui ressortent de l’étude.

Voilà, c’est ça.

Par exemple, est-ce que tu as un projet concret dont tu pourrais nous parler pour nous présenter un dossier en particulier que vous avez mené au sein de l’IMEDD ?

Je vais en prendre un de chaque côté, par exemple, l’information, l’année dernière, j’ai un lancé un site internet bilingue, français anglais, qui s’appelle On the Move for Monaco to the World. C’est un site d’information sur la mobilité durable et les énergies renouvelables. Neuf mois après, il est suivi dans 94 pays, qui permet de suivre des projets qui se passent à différents endroits du monde sur le développement durable, la mobilité, de partager différentes pratiques mais ce n’est pas seulement solutions de transport, il y aussi des organisations de travail, l’état d’avancement des décisions des états sur ces sujets là.

D’accord !

Ça c’est pour l’aspect d’information. Par exemple pour l’aspect d’accompagnement en étude, j’ai eu l’occasion de travailler pour des entreprises des secteurs du déchet, où je les ai accompagné à mettre en place les stratégies d’études vis-à-vis de leurs client pour savoir s’ils étaient satisfaits de leur prestation, s’ils avaient besoin de nouvelles informations, d’accompagnement avec les clients grands couts qui ont besoin de prestation sur-mesure et donc j’ai travaillé sur ces études aussi. Il y a de nouvelles réglementations par rapport aux déchets qui appliquent que les entreprises dans les années à venir vont devoir se transformer dans leurs manières de gérer les déchets. Tout cela, ce sont des contraintes et il faut anticiper. Quand une société de clients, ce qui va se passer, de déchet, il va falloir anticiper pour le client ce qui va se passer. On intervient dans cette préparation là aussi. Le dernier volet, c’est des études auprès des salariés pour tout ce qui est climat social, conditions de travail, les besoins de formation, qu’est-ce qu’on peut faire pour que ça se passe mieux finalement dans l’entreprise et que ça joue sur la performance globale.

Exactement !

Le dernier volet, un projet, plus environnemental. J’ai eu la chance de participer depuis 2011 à un projet de la Fondation Prince Albert II dans le cadre de « Monaco s’engage contre la Déforestation ». On a mis en place une charte qui encourage les entreprises à se diriger vers l’usage de bois certifié, faire en sorte que le bois provienne de manière légale et que ça préserve aussi mes populations et que l’environnement aussi soit respecté. Voila le type de projet sur lequel on peut travailler

D’accord ! Aujourd’hui, l’IMEDD et toi vous êtes situés à Monaco, c’est ça ?

Oui c’est ça.

Ce que tu me disais un petit peu avant cette interview c’est que Monaco c’est une ville qui est particulièrement engagée sur le sujet.

Oui c’est ça. En fait, si tu veux, en 2005, le Prince a repris la Principauté et il a fixé comme ligne pour la Principauté l’environnement. Il a crée sa fondation en 2006 qui travaille sur différents sujets, la biodiversité, l’eau, les changements climatiques. Quand on aborde les changements climatiques au bout de la chaîne il ya les voitures, les transports. Il y a vraiment un rôle de fédération internationale de la fondation et le développement durable a été mis comme ligne de développement pour Monaco.

D’accord !

La particularité c’est que Monaco est un pays qui a une ligne stable en termes politiques. C’est quelque chose qui va durer. Quand je suis arrivée en 2007, 2 ans suite à l’avènement du Prince … et c’est vrai qu’on a énormément travaillé, il y a eu énormément de projets qui ont été entrepris. On a monté des semaines de sensibilisation pour les enfants. Tous les enfants de Monaco, les enfants des communautés avoisinantes françaises et italiennes, participent à une semaine ou des entreprises, associations, institutions viennent animer des ateliers. Il y a des événements qui sont fait pour la mobilité, les énergies. Il y aussi le musée océanographique de Monaco qui est très investis dans la recherche océanographique. Monaco a des forces et Monaco est un petit pays mais un pays qui a un poids aussi international pour partager ses expériences et ses pratiques.

D’accord ! Ok ! Très bien ! Aujourd’hui, en fait, toi, tu accompagnes différentes entreprises sur ces thématiques là. Tes clients aujourd’hui, c’est quel type d’entreprises, ce sont des PME, plutôt des grands comptes comment ça se passe ?

Je dirais que dans le cadre de la formation, j’informe tout le monde. Dans le cadre de l’accompagnement, il peut y avoir certaines prestations qui peuvent correspondre à des PME mais qui seront quand même des PME relativement importante avec un certain volume de clients et de fournisseurs et ensuite, effectivement, ça correspond plus à de grandes entreprises qui sont souvent le moteur économique d’un certain nombre d’autres entreprises autour d’elle. Dans le cadre de Monaco, c’est un peu particulier puisqu’on a des très grandes entreprises et un très grand vivier de petites entreprises. On informe aussi et on intervient pour toute sorte d’entreprise.

Je reprends quand tu dis effectivement elle emmène dans leur sillon d’autres entreprises, quand on met une démarche de développement durable notablement sur son sourcing et autre, en fait on va faire bouger nos fournisseurs par exemple.

Oui potentiellement.

Si j’en parle, je me souviens que c’était un cas qu’on avait eu en fait. Je suis issu de la distribution spécialisée et on s’était engagé sur le sourcing tout simplement du bois pour la réalisation des tables de jardins, etc… tout ce qui était mobilier de jardin. On avait dû bouger avec certains fournisseurs, de mémoire. Certains fournisseurs avaient suivi vraiment dans la démarche et nous avaient aussi accompagné et donc ça c’était intéressant.

Tu vois pour rebondir sur ce que dit pour des sourcing, nous on peut intervenir pour faire des bilans sociétaux, c‘est-à-dire évaluer les fournisseurs du point de vue économique, sociétal et environnemental ce qui donne une indication à toi entreprise si le fournisseur peut correspondre à ta démarche. Parce que comme tu dis, si tu veux faire du développement durable, il faut que ta chaîne soit développement durable. C’est important aussi d’aller vérifier. On parle du bois et c’est important d’aller vérifier la traçabilité. Voilà ce qui est important aussi c’est de savoir vraiment ce qui se passe derrière les entreprises parce que beaucoup d’entreprises ont entendu beaucoup le développement durable, le green mais voilà il ya un moment où il faut vraiment aller au fond des choses et être toujours vrai dans ce qu’on dit.

Ok ! Aujourd’hui, l’IMEDD ça fait combien de temps que vous êtes créés?

2011

2011 c’est relativement récent. Tu vas en fait informer et puis démarcher des grands comptes. Comment est-ce que tu fais avec une jeune structure pour justement arriver auprès de grands comptes qui eux sont installés depuis des années et arriver à les faire accrocher sur un sujet comme celui-ci ? Comment ça se passe ?

C’est justement cette information qui est nécessaire au départ parce que comme tu le dis on ne va pas vers un gros compte comme ça et dire bonjour je suis là et je sais faire ça. Il faut se faire connaître, faire savoir et montrer ce que l’on est capable de faire. Ce volet d’information que j’ai créé au sein de l’IMEDD c’était vraiment ça, faire connaître nos capacités, faire partager ce que l’on savait faire, valoriser des personnes qui étaient véritablement engagées dans des démarches et qui menaient des projets, qui peuvent avoir des répercussions du point de vue économique, social et environnemental. Ensuite, il faut être ambitieux et motivé c’est-à –dire il ne faut pas avoir peur. On a beau être petit on a quand même des expertises, on a des compétences, on a des connaissances, on est créatif, on est pas forcément tout structuré comme eux, très structuré, mais on arrive quand même à avoir des idées et travailler avec elles. Il faut vraiment croire et après il ne faut pas hésiter à téléphoner aux gens, à se faire connaître, à explique ce que l’on fait, expliquer la démarche. L’entrée de ce type de projet c’est aussi un lien social. Tu disais c’est métier d’accompagnement il faut aussi que ça matche entre les personnes, qu’on soit dans une même ligne par rapport à ces problématiques là.

C’est clair. Tu es à fond sur le web mais je sais aussi que tu informes par web avec des événements. Il y en un  qui va avoir lieu dans relativement peu de temps moins d’un mois.

Oui.

Un peu plus d’un mois. Est-ce que tu peux nous en parler, nous présenter un peu le sujet, c’est quoi le principe et où est-ce que ça va se passer ? 

En fait, il y a ce volet d’information et de sensibilisation qui est important mais à un moment il faut créer un lien dans la vraie vie. Ce lien dans la vraie la vie, l’idée c’était vu que j’évoluais à Monaco, qui évolue aussi avec la région PACA, ça a été de monter un réseau de compétences et d’expertise avec d’autres femmes qui sont elles aussi dans des métiers autour de la mobilité durable. Et on s’est dit chacune on a des compétences, on est au centre de relations entrepreneurials à Monaco et en PACA et qu’est-ce qu’on peut faire pour fédérer tous ces acteurs, et prendre de la force à la fois en information, sensibilisation et aussi quelque part plus on parle de projets, plus il ya de gens qui viennent pour participer aux projets. C’est le but aussi de cette activité. On a décidé et ça a commencé par un panel sur les femmes et la mobilité durable lancé en septembre et qui est sur internet. Le deuxième volet c’est une conférence qui aura lieu à Monaco dans le cadre du salon Ever. C’est un salon international sur les véhicules écologiques et les énergies renouvelables.

D’accord.

Qui aura lieu le 29 mars au Grimaldi forum, où nous recevrons à la fois des acteurs institutionnels de la Principauté et de PACA pour échanger autour de ces problématiques.

D’accord ! Le nom de cette conférence c’est ?

C’est la conférence des Ladies in Mobility. Ça va être première conférence bilatérale Monaco, PACA. Le but c’est de vraiment pouvoir partager les initiatives. Nous on connaît ce qui se passe des deux côtés c’est aussi pour permettre à des entreprises et aussi aux institutions de connaître des projets qui se passent, de connaître aussi ce qui va se passer dans les années à venir pour qu’on puisse nous en tant que citoyens et entreprises citoyennes aussi aider à favoriser ces solutions. Si on ne devient pas acteurs de ces solutions, on n’arrivera jamais à les mettre en place. Quelque part les organisations publiques qui veulent entreprendre ont aussi besoin des entreprises et des citoyens pour les aider dans ce sens.

C’est clair ! Effectivement, une actualité qui bouge. J’ai juste une petite question. Avec ce côté Ladies in Mobility, est-ce que quelque part vous ne mettez pas un petit peu les hommes de côté ?

J’attendais la question. Disons que traditionnellement le monde du transport est un monde masculin. C’est vrai que pour évoluer dans ce milieu depuis quelques années ce n’est pas facile pour les femmes d’arriver à comprendre ce que disent les hommes dans ces milieux là. Le problème étant donné que souvent dans les entreprises ce sont des femmes qui sont en charge si elles n’arrivent pas à comprendre ce qui se passe ça va être difficile de faire derrière. Non pas excluant pour les hommes mais je dirai il y a le site on the move derrière pour tout le monde où il y a des hommes qui s’expriment largement. C’est un lien entre les deux pour aussi montrer qu’il faut qu’on arrive à discuter ensemble de ces problématiques.

Il y a aussi des hommes qui suivent

Je m’en doute Ladies in Mobility en fait au dessus il y a On The Move qui est vraiment le lieu

Voilà !

C’est super intéressant ! Toi tu as monté ce projet ci avec ce que tu as pu apprendre, ce que tu as pu prendre en cours de route. Tu sais que sur HaroldParis.fr, on a des auditeurs qui sont des entrepreneurs, des personnes qui souhaiteraient entreprendre, qui souhaiteraient lancer un projet ou bien qui en ont déjà lancé un et qui souhaitent le faire avancer, quels sont les principaux conseils, enseignements que tu retires aujourd’hui de ton parcours et que tu aurais envie de partager avec nous ?

Je pense déjà que comme je le disais tout à l’heure il faut être ambitieux pour entreprendre, ne pas du tout avoir peur, il faut oser, aller frapper aux porter. Oser se présenter. Oser se faire connaître. C’est la première chose de l’ambition et oser. Ensuite il faut de la persévérance parce que une entreprise c’est difficile. On a beau avoir des bonnes idées et savoir faire son métier, il y a une réalité économique derrière au quotidien et ce n’est pas forcément toujours facile. On parlait tout à l’heure du rôle sociétal des entreprises par rapport à ses fournisseurs, si je prends comme exemple les délais de paiement, une très grande entreprise face à une petite entreprise ça peut poser des problèmes. C’est vraiment de la persévérance, s’accrocher, de la gestion au quotidien. Quelque chose qui est vraiment importante et qui permet en fait de créer aujourd’hui la journée de demain c’est une ouverture sur les autres et toujours vouloir par cette ouverture arriver à innover et trouver de nouvelles solutions pour répondre aux besoins.

C’est clair. J’aimerais rebondir un petit peu sur tes conseils dans l’ensemble. Il y a un vrai axe sur le fait de l’ambition, d’y aller, d’aller au contact des autres. Comment ça se passe ? Je vais te donner un exemple tout bête. Je sais que moi au fur et à mesure j’ai des freins que  j’arrive à faire sauter mais qui existaient dans ma façon d’aborder les choses, ma façon de communiquer avec les autres.  Par exemple, entre guillemets, excuse moi l’expression, lorsque j’ai commencé à aller dans l’espace de réseautage pour rencontrer d’autres entrepreneurs et être au contact d’autres entreprises, je devais me filer « un coup de pied au cul ».

Oui !

Pour aller discuter avec les gens.

Ça ne se fait pas tout seul !

Non ! C’est là où c’est marrant parce que c’est un véritable avantage lorsqu’on a cette facilité à aller vers les autres et communiquer. On s’aperçoit vite que ce n’est pas si naturel que ça.

Non, ce n’est pas si naturel. On prend aussi l’habitude de le faire, ce n’est jamais facile. C’est toujours une remise en cause. Ce n’est pas évident mais c’est du dépassement de soi. Il faut arriver à se dépasser. Mais quelque part je dirais le frein qu’on pourrait avoir au départ il est vite dépassé par la richesse qu’on va trouver derrière dans l’échange avec l’autre qui peut te faire rebondir sur un projet, une idée qui peut aider dans ton entreprenariat. De tout rencontre finalement avec les autres ça t’aide à avancer en tant qu’entrepreneur. Un entrepreneur ne peut pas avancer seul.

Non !

On fait une entreprise pour d’autres quelque part, c’est notre idée à la base mais qui va être une entreprise pour d’autres qui vont l’utiliser.

Exactement. Si on n’a pas de clients ça pose quelques soucis !

C’est la gestion de l’entreprise après, ça.

C’est clair. Ecoute, Virginie, je te remercie vraiment pour cet échange.

Merci à toi !

Ce que je vais faire de toutes façons sous la vidéo, dans le cadre de l’article, il y aura les différents liens vers l’IMEDD, vous allez pouvoir retrouver le site de l’IMEDD, de On The Move et bien sûr le site de Ladies On Mobility.

Voilà !

Et puis, écoutez , si vous vous intéressez à ces thématiques développement durable, sur l’environnement, le sociétal tout ce qui va permettre à un moment donné de développer un peu la conscience de votre entreprise mais aussi une contrainte économique derrière, parce que mine de rien ces solutions ci nous font économiser de l’argent, allez voir les différents sites de Virginie. Prenez le temps de regarder. Il y a le blog et différents cas et vous allez pouvoir en retirer de l’information utile. Merci énormément Virginie !

Merci à toi !

Je te souhaite le meilleur pour ta conférence Ladies in Mobility et pour la suite dans tous les cas avec l’IMEDD.

Pour la conférence, les hommes aussi sont les bienvenus !

Le message est donné. Merci à toi et je te souhaite une excellente journée.

Merci !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires ci-dessous de même si vous avez apprécié cette interview. HaroldParis.fr aujourd’hui existe grâce à vous, grâce aux auditeurs, n’hésitez pas à me mettre un petit commentaire, n’hésitez pas à partager cette vidéo sur vos réseaux sociaux favoris et n’hésitez pas à cliquer +1, j’aime, etc… Faites tout c’est encore mieux, voilà ! Je vous dis à la semaine prochaine pour une nouvelle interview. Au revoir !

Découvrez eTâches, votre service d’assistant personnel à distance. Gagnez du temps et testez GRATUITEMENT leurs services !

5 commentaires

    • Harold Paris

      20 février 2013

      Répondre

      Merci beaucoup Virginie ! Je l’ai partagé tout à l’heure sur les réseaux. 😉 Merci à toi pour ton article ! J’ai vraiment apprécié cette interview ! 🙂

  1. Val

    4 septembre 2013

    Répondre

    Article très intéressant, merci a Virginie pour ses conseils, je suis
    en voix de réaliser quelques projets et les conseils sont bon à
    prendre.
    Et merci à Harold pour ton site que je découvre. Il est original avec de bonnes intentions.

    • Harold Paris

      6 septembre 2013

      Répondre

      Merci beaucoup Val ! All the best pour votre projet ! Vous devriez vous inscrire ici : http://upnsmart.com – vous allez pouvoir y retrouver des deals et offres spécialement pour vous en tant qu’entrepreneur. ^^

  2. Gérard

    16 juin 2014

    Répondre

    Merci Harold pour cette interview super intéressante, et merci à Virginie pour ce témoignage !
    C’est pas toujours évident de trouver des informations adressées aux entreprises sur internet, voila qui me sera fort utile !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Interview de Virginie Lelarge des Ladies in Mobility, sur HaroldParis.fr | - [...] Et bien non ! les hommes sont bien évidemment les bienvenus aux côtés des "Ladies in Mobility!" Preuve en…
  2. Episodes #01 à #26 - Les archives d'Histoires d'Entrepreneurs - [...] #22 – Virginie Lelarge, Fondatrice – IMMED (développement durable) [...]

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TRIBELEADR - Agence webmarketing à Orléans