EP. #33 | Online Marketing Institute (OMI) : Objectif France – avec Aaron Kahlow

Par le 25 Oct 2013 dans Podcast Entrepreneuriat | 0 commentaire

Partager sur GooglePartager sur FacebookPartager sur Twitter

Hey, hey, hey ! Hello à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je suis particulièrement content, car j’ai le plaisir de partager avec vous un épisode un peu particulier d’Histoires d’Entrepreneurs !

Cet épisode est un peu particulier car, tout d’abord, c’est la première fois que je réalise un épisode en Anglais (ne vous inquiétez pas, il y a la traduction juste en dessous de la vidéo et les sous-titres devraient « normalement » être actifs aussi sur Youtube). Euh… J’espère que vous excuserez mon accent particulièrement rouillé pour ne pas dire autrechose. ^^

De plus, cet épisode est un peu particulier, car dans celui-ci, l’interlocuteur que j’ai avec moi annonce son arrivée sur le marché Français avec un service qui va très certainement ravir plus d’un (ou d’une) d’entre vous. 😉

Bref… Que du bonheur. ^^

Alors, dans cet épisode numéro 33 d’Histoires d’Entrepreneurs, j’ai donc le plaisir d’accueillir Aaron Kahlow !

Aaron est le Fondateur de l’Online Marketing Institute. Aaron sera speaker lors de l’édition 2013 du Web2Connect, évènement majeur du web en France qui se déroulera les 6 et 7 novembre et au sein duquel j’aurais le plaisir d’être « connecteur ».

Bref, la présence d’Aaron lors de cet évènement va lui permettre de réaliser une conférence sur le marketing digital, en apportant de la vrai valeur avec un condensé des meilleures pratiques du secteur du webmarketing issus de ce que lui et ses experts peuvent enseigner au sein de l’OMI.

Lors de cet évènement, Aaron annoncera aussi l’arrivée en France de sa société.

L’OMI, c’est des 100e de classes en elearning pour développer ses connaissances et ses compétences en marketing digital avec des cours et des certifications. L’occasion de rester à l’affut des dernières tendances et tactiques du secteur en compagnie d’experts de la discipline !

Dans cette interview, vous pourrez donc retrouver :

Je vous laisse apprécier l’interview, découvrir le parcours d’Aaron et ce que propose l’Online Marketing Institute !

All the best, et j’espère pouvoir vous croiser prochainement dans les allées du Web2Connect, les 6 et 7 novembre 2013, à Paris.

Encore merci à Jean-François Ruiz de nous avoir « connecté » avec Aaron. 😉

L’interview

Interview aussi disponible sur le podcast Histoires d’Entrepreneurs et en téléchargement direct.

Encore merci à Aaron Kahlow pour son temps et vraiment hâte de pouvoir discuter de tout cela en live à l’occasion du W2C13 !

Les ressources citées dans cette interview :

La traduction

Harold : Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur Histoires d’Entrepreneurs. Alors pour ce nouvel épisode, j’ai le plaisir d’accueillir Aaron Kahlow.

Aaron est le Fondateur de l’Online Marketing Institute. Il va être speaker lors du Web2Connect où il va réaliser une conférence sur le marketing digital. Aaron va venir directement de San Francisco et sera présent à cet évènement de manière à partager avec les personnes présentes ce que aujourd’hui ils peuvent enseigner au sein de l’Online Marketing Institute auprès de leurs élèves et auprès de leurs clients.

Cette interview a été réalisée en anglais, c’est pour ça qu’elle est un petit peu spéciale. Je vous demanderai de bien vouloir excuser mon accent particulièrement rouillé, pour pas dire autre chose.

Je vous laisse apprécier. Les sous-titres vont être en-dessous de la vidéo, vous inquiétez pas. Si vous êtes sur le podcast, là je pouvais pas rajouter les sous-titres. En tout cas, vous avez le lien avec l’épisode qui va vous permettre d’accéder à la transcription et surtout à la traduction de l’épisode.

Je vous souhaite tout le meilleur. J’espère qu’on aura l’occasion de se croiser au Web2Connect les 6 et 7 novembre 2013, à Paris.

Allez, je vous laisse découvrir l’interview.

Harold : Eh bien… Bonjour Aaron !

Aaron : Salut, Harold.

Harold : Tout d’abord, je suis vraiment heureux de vous avoir ici dans Histoires d’ Entrepreneurs. Je voulais vraiment remercier Jean -François Ruiz, qui nous a présenté. Vous allez être speaker au Web2Connect 2013, à Paris. Pour tous les auditeurs, pouvez-vous vous présenter? Qui êtes-vous et que faites-vous ?

Aaron : Oui. Bien sûr. Alors, évidemment, je ne parle pas Francais. Je suis Américain donc je vais parler en anglais.

Je dirige une organisation appelée le “Marketing Institute en ligne”. Nous fournissons des cours sur le marketing digital en e-learning. Et tout cela à travers une belle invention : l’Internet^^.

Nous avons des centaines de vidéos sur tous les sujets inimaginables : mobile, réseaux sociaux, e-mail, marketing automation, pour que les gens puissent apprendre depuis chez eux.

Ainsi nous créons des cours individuels permettant aux particuliers d’en savoir plus sur le marketing digital.

Nous fournissons des certificats, et permettons aux gens d’apprendre dans un environnement de groupe.

Quand je viendrai à Paris pour le Salon, nous serons en train de lancer OMI France, ce qui est assez excitant pour nous. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je serai là. Je suis également impatient de rencontrer les personnes qui seront présentes au Salon.

Harold : Alors OMI arrive en France. À quoi cela va ressembler pour le marché Français ? Parce que pour l’instant, toutes les informations, toutes les vidéos, tous les cours sont en anglais. Est-ce c’est quelque chose qui va évoluer?

Aaron : Bien sûr. Il y a deux choses. La première c’est que nous allons avoir le sous-titrage en français. La plupart des hommes d’affaires en France parlent un peu anglais, mais il est indispensable de traduire les nuances de langage dans les sous-titres.

La deuxième chose, c’est que nous prenons soin de trouver les meilleurs éducateurs en France pour enregistrer les cours.

Nous avons déjà un certain nombre d’ enregistrements venant de leaders d’opinion en France. Ce que nous voulons donc, c’est que les francophones en parlent, et que les cours soient bien traduits en français.

Harold : D’accord. Ce qui est intéressant également, c’est qu’en apportant un contenu plus spécifique en français, ils pourront peut-être être traduits en Anglais ensuite. Est-ce c’est quelque chose que vous recherchez aussi ?

Aaron : Oui, absolument. Ce que je trouve intéressant lorsque nous nous lançons sur un nouveau marché mondial, sachant que nous sommes déjà présents au Brésil, en Chine et en Australie, c’est ça : l’équilibre des meilleures pratiques mondiales. Par exemple, certaines des choses que nous faisons ici, à San Francisco, aux Etats-Unis, se traduiront très bien en France. Ce sera peut-être juste un peu différent.

C’est ça la clé, apportez de la valeur en l’appliquant aux nuances locales. Nous avons ainsi le meilleur des deux mondes et les meilleures pratiques mondiales appliquées aux nuances locales grâce à l’aide de nos éducateurs français. Ce sera cool pour nous de venir en France et de parler de choses comme les médias sociaux, de l’attribution et des moyens, et aussi des moyens de conduire des revenus grâce à des chats numériques.

Harold : C’est très intéressant. Par exemple, la France n’est pas si loin de l’Amérique en ce qui concerne le marketing des moteurs de recherche. La seule chose, c’est que peut-être, dans notre pays, Google est plus élevé et Yahoo est un peu plus confidentiel.

Mais, à titre d’exemple, vous avez parlé de la Chine. En Chine, c’est Baidu, et tous les réseaux sociaux, toutes les meilleures pratiques, ne sont vraiment pas les mêmes ici. C’est quelque chose dont les entreprises chinoises peuvent bénéficier ? Et c’est aussi quelque chose que les entreprises internationales pourront bénéficier, en comprenant le marché ?

Aaron : C’est vrai. Nous offrons le moyen pour une entreprise internationale de comprendre comment utiliser les médias sociaux en France  par exemple. En Chine par exemple, en utilisant des tactiques SEO avec Baidu ou en pensant à Weibo Sina, il faut apprendre à définir quelles sont les règles du jeu.

Le Brésil est un autre bel exemple. La façon dont les brésiliens utilisent Facebook est significativement différente de la nôtre. Ils l’utilisent comme LinkedIn, c’est-à-dire d’une manière dont nous ne sommes tout simplement pas habitués.

Donc, il faut comprendre ces nuances comme la façon d’appliquer une stratégie globale pour les entreprises internationales en France. Et, bien sûr, dans l’autre sens pour les entreprises internationales qui cherchent à venir en France, c’est un excellent moyen pour eux d’en savoir plus sur le marché français.

Harold : Comment vous est venue l’idée de l’Institut de marketing en ligne?

Aaron : C’est une bonne question. J’ai passé 15 ans dans l’ industrie ce qui explique pourquoi j’ai un peu de cheveux gris et dans ma barbe aussi.

J’ai commencé, à la fin des années 90, en créant une agence digitale avec mon frère à San Diego appelé « Business Online « . J’ai réalisé que je faisais beaucoup d”’enseignement” durant mes interventions. Comme la plupart des agences et consultants le savent, vous enseignez aux gens avant de vraiment faire du conseil. J’ai donc décidé de lancer un évènement intitulée “The Online Marketing Summit”.

Cet événement est devenu si grand que nous avons décider d’en faire une entreprise. Après cinq ans à faire ça, ce que j’ai compris, c’est que nous ne sensibilisions qu’une petite fraction des personnes qui voulaient apprendre. Seulement les personnes qui pouvaient assister à la conférence. Seulement les personnes qui pouvaient s’offrir le billet.

Et ne vous méprenez pas, les conférences sont une grande partie de ce que nous faisons, mais nous avons réalisé, « Hey, les gens peuvent apprendre à travers ce que nous faisons en ce moment, à travers la vidéo, non? » et par le biais de l’Internet. Pourquoi ne pas distribuer tout ce contenu et obtenir de nos instructeurs de mettre un casque, comme vous avez en ce moment, et enregistrer et éditer ensuite cela dans des cours afin que tout le monde puisse apprendre.

Voilà d’où nous est venue l’inspiration. Il nous a fallu quelques années pour construire la plate-forme et obtenir tout le contenu, le structurer et le rendre facile à apprendre. Mais maintenant, c’est incroyable. Je veux dire, nous touchons des gens partout dans le monde, provenant d’endroits que je ne connaissais même pas comme des îles au milieu du Pacifique. Ils s’inscrivent et s’abonnent, tout simplement parce que maintenant ils peuvent accéder au meilleur du meilleur en un seul endroit.

Harold : J’ai ouvert un compte sur OMI, et je vois que le contenu est tout à fait facile à digérer, euh digérer, je ne sais pas si c’est le mot juste.

Aaron : C’est un mot juste.

Harold : D’accord. En effet, la leçon peut durer de 30 minutes à une heure.

Aaron : Nous essayons de faire entre 20 minutes à une heure. Nous séparons chaque leçon en deux puis en plusieurs segments de 5 minutes, de sorte que vous pouvez passer de l’un à l’autre. Par exemple, vous vous dites, » Je n’ai pas besoin de savoir ça sur Facebook, mais par contre je veux apprendre à utiliser les promotions sur Facebook » et aller directement à cette section. Ainsi, vous pouvez savoir exactement ce que vous devez savoir quand vous avez besoin de l’apprendre, plutôt que de subir un cours trop long. Le cours est vraiment construit pour le professionnel qui est occupé et qui veut apprendre quelque chose maintenant plutôt que d’assister à un cours qui dure des heures.

Harold : J’ai vu une interview que vous avez fait sur ​​YouTube, et vous avez parlé de quelque chose de très intéressant. On spécule beaucoup sur ce qui sera la prochaine grande nouveauté dans le digital. Durant l’interview, vous avez plutôt axé sur les priorités.

Ce que vous avez dit c’est que faire du “nouveau” n’est pas toujours la chose la plus importante sur laquelle nous devons nous concentrer. Il y a d’autres choses à construire d’abord, et qui sont obligatoires avant de passer aux choses “fantaisistes”. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet?

Aaron : Absolument. Donc, après avoir été un homme d’affaires et j’ai d’ailleurs toujours une société, je pense que nous devons nous rappeler ce qui est le plus important dans la construction d’un excellent produit et d’une expérience client exceptionnelle. Et ce qui se passe beaucoup souvent à travers le web ou les médias sociaux, c’est qu’il y a tellement de potentiel que nous sommes parti sur cette idée.

C’est comme regarder l’océan et se dire : « Hé, nous pouvons aller nager dans l’océan et ce ne serait pas une chose étonnante ? « . Ce le serait, mais pour ce faire cela va prendre un certain temps. Il faut une certain entrainement. Si vous voulez y arriver, il faut franchir les bonnes étapes. Ce que la plupart des entreprises, notamment dans le web, doivent penser c’est que cette expérience doit être ce que vous voulez qu’elle soit. Reflète-t-elle correctement votre marque et donne-t-elle aux clients ce qu’ils veulent ? Parce qu’une fois que vous avez cela, alors vous avez quelque chose d’intéressant à promouvoir en ligne, quelque chose d’intéressant à publier sur Facebook.

Le contenu est un excellent exemple, le marketing de contenu. Tweeter quelque chose ou l’article de quelqu’un d’autre ne fait pas de vous un leader d’opinion. La question est : Avez-vous un bon contenu ? de bonnes choses à dire ? Et en parlant de bonnes choses, si vous n’avez pas un bon cadre solide pour un bon contenu, vous pourrez publier sur Facebook mais ce sera comme parler dans le vide. La seule chose que vous allez faire, c’est embêter les gens, et cela va travailler contre vous.

Donc, vous devez vous concentrer à créer une bonne expérience utilisateur, du bon contenu et avoir un bon produit. Les médias sociaux sont simplement des accélérateurs, et non pas l’objectif.

Et je pense que beaucoup de gens perdent cela de vue, parce qu’il est facile de se laisser distraire, surtout quand vous parlez à certaines générations qui sont facilement attirer par différentes choses et qui ne pensent pas à ce qui fonctionne.

Harold : Les médias sociaux ne sont pas la première chose à laquelle penser.

Aaron : Non, ce n’est jamais la première chose. C’est toujours le canal de distribution et la manifestation de votre présence.

Vous savez ce qui est une bonne analogie pour les petites entreprises ? C’est comme avoir un magasin, ok ? Vous avez un magasin dans la rue à côté sur Union Street à San Francisco. Si ce magasin n’a pas une belle enseigne, un bon auvent et de bons produits à l’intérieur, peu importe l’aspect de la rue. Pensez à la façon d’amener les gens à l’intérieur. D’abord, faites que votre magasin soit bien. Et ensuite, créer des panneaux d’indication pour amener les gens jusqu’à vous. Concentrez-vous sur votre magasin et vos produits avant de mettre des panneaux dans la rue pour vous faire connaître.

Harold : C’est vrai. Très intéressant. Vous allez parler au Web2Connect. Pouvez-vous nous donner un petit aperçu de ce que vous allez dire ?

Aaron : Oui, cela me ferait le plus grand plaisir. Nous allons prendre les meilleures cours de l’institut et les réduire à une session d’une heure. Nous ne retenons que les choses les plus importantes.

Nous avons constaté qu’il y a cinq principaux domaines sur lesquels tout le monde devrait se concentrer. Le premier est de construire une bonne stratégie de contenu, c’est-à-dire, savoir ce que signifie faire une stratégie de contenu vraiment réfléchi.

La seconde est de savoir comment amplifier ce contenu. Par exemple, comment obtenir de la viralité sur Facebook, plutôt que de simplement publier.

Ensuite, nous allons entrer dans l’attribution, qui je pense est le plus gros problème. Les gens ne savent pas comment mesurer le succès. Comment appréhender le succès, d’une annonce sur Facebook ou d’une publication par exemple ou comment utiliser la recherche Google. Vous savez, beaucoup de fois les gens donnent toute l’attribution au dernier clic et regroupent tout ça dans une seule et même stratégie intégrée.

Donc, nous allons couvrir ces grands domaines et aider les gens à obtenir un bon cadre stratégique autour des médias sociaux. Cela s’applique à la France, aux États-Unis et dans le monde.

Je vais parler d’études de cas provenant de grandes entreprises comme SISCO et les appliquer aux petites entreprises. Il faut être pragmatique et non théorique à ce sujet. C’est ce que nous avons fait partout dans le monde, au Brésil, à Sydney et aux États-Unis.

Je dois vous dire que je suis très heureux, car nous avons passé beaucoup de temps à essayer de penser à ce qui serait le plus impactant, et je pense que les gens vont apprendre beaucoup.

Harold : Très bien. Eh bien, je pense que c’est l’une des conférences que je ne vais pas manquer.

Aaron : Moi aussi. Je vole pendant 11 heures pour y arriver. Donc si vous êtes à Paris ou en France, et que vous ne venez pas, pensez à moi qui doit prendre l’avion pour venir jusqu’ici.

Je suis impatient d’y être, de vous y rencontrer ainsi que toutes les personnes qui seront présentes.

Harold : Très bien. Alors, où peut-on en savoir plus sur OMI et entrer en contact avec vous ?

Aaron : Bien sûr, c’est tout simplement www.onlinemarketinginstitute.org. Vous pouvez toujours me trouver. J’aime échanger sur Facebook, LinkedIn et Twitter. Et mon nom s’écrit « Aaron Kahlow ».

Je suis ravi de rencontrer toutes les personnes qui seront là et parler de leurs intérêts pour l’e-learning.

Harold : Très bien. Vraiment hâte d’être à la conférence et au Web2Connect. Merci beaucoup, Aaron. Merci beaucoup pour votre temps. Je sais qu’il est tôt chez vous.

Aaron : Oui, il est suffisamment tôt.

Aaron : Au revoir.

Harold : Bye.

Aaron : Bye.

>> Aidez-nous à diffuser cette interview, partagez celle-ci sur votre réseau social préféré ! Si vous avez apprécié, n’oubliez pas de donner un « pouce vert » sur la vidéo et de laisser un vote sur iTunes !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TRIBELEADR - Agence webmarketing à Orléans